En Fédération Wallonie-Bruxelles, le cadastre des fréquences est assez dense et il devient très difficile de dégager de nouvelles fréquences, limitant ainsi grandement la possibilité de créer de nouveaux projets radiophoniques ou d’étendre les couvertures des radios qui le souhaitent. La solution à cette saturation passera par la radio numérique, conçue dès le départ pour assurer des couvertures bien plus larges, c'est-à-dire à l’échelle des provinces ou à l’échelle de toute la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Contrairement à la télévision, il n’y a pas encore de date planifiée par l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) pour l’extinction de la diffusion analogique sur la bande FM. La date butoir de 2020 est souvent avancée, mais sans certitude. Pour le moment des dates d’extinction commencent à être avancées dans certains pays d’Europe comme la Norvège ou le Royaume-Uni.