Evènements drive in

L’explosion des demandes de fréquences provisoires

L’article 100 du décret coordonné sur les services de médias audiovisuels (article 8.2.1-2 dans le nouveau décret) prévoit la possibilité, pour le Collège d’autorisation et de contrôle, d’assigner des fréquences radio à usage temporaire. Ces fréquences provisoires sont réservées à la couverture locale d’événements ponctuels à caractère culturel, sportif, scientifique ou d’intérêt général. Ces fréquences sont déterminées par les services du Ministère chargés de la gestion du parc des fréquences FM de la Fédération Wallonie-Bruxelles, et assignées à travers une décision du Collège d’autorisation et de contrôle. 

Habituellement, les services du CSA reçoivent annuellement une quinzaine de demandes de fréquence provisoire, portant sur la couverture de compétitions de sports moteurs, de festivités de fin d’année, ou encore de festivals.  

L’année 2020 a été durement marquée par la crise sanitaire, qui a entraîné la mise en place de contraintes très importantes pour le secteur événementiel, les rassemblements étant tout simplement interdits. Ces contraintes ont mis à mal le secteur événementiel qui a vu toute possibilité d’activités publiques brusquement impossible. Cet arrêt a, dans un premier temps, eu pour conséquence l’annulation de nombreux événements pour lesquels une fréquence provisoire avait déjà été octroyée, alors que les mesures de confinement contraignaient la population à rester chez elle. 

Le secteur événementiel a, par la suite, fait preuve de créativité en remettant au goût du jour le principe du drive-in. En invitant le public à participer à un événement dans sa voiture, les organisateurs pouvaient garantir le respect de la bulle de contacts tout en permettant la participation à des événements divers. Le concept a d’abord été appliqué au cinéma, selon le modèle classique du « drive-in movies ». Par après, et très rapidement, le concept du drive-in a été étendu aux concerts, puis aux événements académiques comme les remises de diplômes et les discours de rentrée, ensuite aux festivités de fin d’année où ces émetteurs temporaires ont remplacé les marchés de Noël, et enfin au culte avec l’organisation d’une messe de minuit en mode drive-in. Des événements respectant les règles de distanciation sociale ont ainsi pu être organisés aux quatre coins de la Fédération Wallonie-Bruxelles. 

En tout, ce ne sont pas moins de 40 dossiers de demandes de fréquence provisoire qui ont été traités par le Collège d’autorisation et de contrôle au cours de l’année 2020. Conscients de l’importance de ces événements tant pour le public que pour les organisateurs, les services du CSA et du Gouvernement ont fait l’impossible pour réduire le délai de traitement des demandes, les organisateurs étant souvent contraints de revoir leurs plans à brève échéance en fonction de l’évolution des mesures sanitaires prises par les différents niveaux de pouvoir. 

La renaissance du drive-in, bien qu’anecdotique, illustre parfaitement la force et la grande versatilité du média radiophonique, qui reste d’actualité malgré l’approche de son 125ème anniversaire. A l’heure où la vieille dame radio se numérise par le passage de la FM (modulation de fréquence) au DAB+ (radio numérique), elle reste un média de proximité facile à mettre en œuvre et touchant facilement un public nombreux. Une adaptation du dispositif décrétal des fréquences provisoires au contexte spécifique de la radio numérique est d’ailleurs à l’étude au moment où nous écrivons ces lignes.