Nous avons analysé les manifestations du sexisme, discriminations, harcèlement et violences auxquelles peuvent être confronté.e.s les professionnel.le.s du secteur audiovisuel au cours de leur carrière.   

Le vécu du sexisme, du harcèlement, des discriminations, de la violence

Données chiffrées et constats

    23,51 % des répondant.e.s (tous les statuts professionnels confondus) affirment avoir été victimes de discrimination ou de harcèlement au travailcela concerne notamment une femme sur trois (33,33 % soit 83 femmes) et moins d’un homme sur dix (7,74 % soit 12 hommes).

    113 situations (verbatims) ont été rapportées dans les espaces de libre expression du questionnaire, dont 102 par des femmes et 11 par des hommes.

    20,04 % des répondant.e.s affirment avoir été témoins de discrimination ou de harcèlement au travail, cela concerne notamment un peu plus d’une femme sur quatre (26,90 % soit 67 femmes), et moins d’un homme sur dix (9,03 % soit 14 hommes).

    75 situations (verbatims) ont été rapportées dans les espaces de libre expression du questionnaire, dont 60 par des femmes et 15 par des hommes

    Concernant plus spécifiquement la question du harcèlement sexuel au sein de l’entreprise : 29,29 % des répondant.e.s salarié.e.s affirment qu’ils.elles ont déjà été victime, témoin ou informé.e de harcèlement sexuel dans leur entreprise, cela concerne 33,94 % des femmes et 20,83 % des hommes.

    Le vécu du sexisme, du harcèlement, des discriminations, de la violence

    Les différentes formes que peuvent revêtir le sexisme, les discriminations et violences

    Les manifestations du sexisme, les discriminations et les violences peuvent revêtir différentes formes : paroles condescendantes ou infantilisantes, paroles relatives aux compétences et habiletés intellectuelles et humaines, paroles relatives à la sexualité, paroles relatives à la maternité, propagation de rumeurs, harcèlement moral, agression sexuelle.  

    Ainsi, on constate que 33,33 % des femmes répondantes déclarent avoir fait l’objet de blagues ou remarques sexistes au cours des 12 derniers mois dans leur entreprise ou dans leurs contacts avec une entreprise de média audiovisuel. Une proportion identique de femmes (33,33 %) déclare qu’on s’est adressé à elles de manière condescendante ou infantilisante. Près de 20 % des femmes déclarent qu’il leur est arrivé qu’on se réfère aux femmes en des termes offensants (19,51 %) ou qu’on leur fasse des avances inappropriées (18,37 %). S’agissant des violences faites aux femmes, nous relevons que 3,27 % des répondantes déclarent avoir fait l’objet d’attouchements. 

    Le vécu du sexisme, du harcèlement, des discriminations, de la violence

    La difficulté à mettre des mots

    L’enquête a mis au jour combien les femmes avaient régulièrement de la difficulté à nommer et reconnaitre les faits de sexisme, de discrimination et de violence dont elles avaient fait l’objet. Les répondantes et les interviewées oscillent entre la verbalisation, la reconnaissance du sexisme et la minimisation des faits.

    Le vécu du sexisme, du harcèlement, des discriminations, de la violence

    Des positionnements distincts

    Lorsqu’elles sont confrontées à des manifestations sexistes, discriminations ou violences, les femmes vont développer des positionnements différents. Certaines intériorisent les manifestations sexistes, les faits de discrimination ou de violence, car elles considèrent qu’ils sont constitutifs de leur milieu professionnel. Elles vont soit minimiser les comportements et les paroles sexistes, soit les «excuser» en expliquant que ces comportements et paroles appartiennent davantage au registre de l’humour que du sexisme. Elles peuvent également s’invisibiliser, soit parce qu’elles sont paralysées soit parce qu’elles font silence. Ce n’est que lorsque ces manifestations sexistes dépassent le degré de tolérance des femmes que celles-ci vont alors nommer et conscientiser le sexisme dont elles sont victimes. Elles vont alors choisir de résister en affrontant l’auteur, et/ou en alertant la hiérarchie. Certaines ne vont avoir d’autre choix que se distancier de leur environnement professionnel : elles vont quitter leur métier, démissionner de leur entreprise, voire parfois perdre leur poste.

    Enfin, on relève que les hommes et les femmes ont fréquemment des perceptions différentes des inégalités de genre et des obstacles rencontrés par les femmes au cours de leur trajectoire professionnelle. C’est le cas plus spécifiquement des situations de sexisme, harcèlement et violences envers les femmes.

    Share This